Qui Sommes-Nous?

L'artscience, source de nouvelles expérimentations

Les œuvres d'art et de design qui résultent d'une confrontation avec la science, ou tout au moins avec la technologie, remplissent aujourd'hui les musées. Les œuvres d'art et de design qui naissent d'expérimentations dans un laboratoire culturel possèdent une définition plus étroite. Au Laboratoire, nous cherchons des idées qui nécessitent l'apport conjoint de visions artistiques nouvelles et de recherches scientifiques poussées. Une fois les idées formulées, nous apportons notre contribution, notamment financière, à la réalisation des projets expérimentaux qui en résultent. Ainsi, l'artscience, ce processus de pensée créatrice qui synthétise les démarches esthétiques et analytiques, devient un catalyseur de l'innovation et la base de partenariats pouvant toucher tout autant les domaines culturels, industriels et humanitaires.

Le Laboratoire a ouvert ses portes avec le projet du plasticien Fabrice Hyber et du chercheur et professeur au MIT Robert Langer. Leur propos était de faire partager (métaphoriquement) le processus de division cellulaire et de transformation d'une cellule souche en neurone. Hyber a pour cela conçu de grands sabliers gonflables, dont l'un suffisamment vaste pour que le public puisse s'y laisser tomber, des tonneaux de raisins et de pommes en fermentation, à l'origine d'une autre expérience sensorielle de transformation cellulaire, et un axone en malabar géant que l'on pouvait toucher.
Le designer Mathieu Lehanneur a collaboré avec moi à la conception d'un objet qui rend les plantes « plus intelligentes », un système de filtration végétale de l'air particulièrement efficace, qui a notamment été présenté à l'exposition Design and the Elastic Mind du MOMA de New York et qui s'est vu décerner le titre  d'Invention de l'année par Popular Science au printemps 2008.

Le photographe James Natchwey a collaboré avec la scientifique Anne Goldfeld, co-fondatrice d'une clinique au Cambodge consacrée au traitement du sida et de la tuberculose, ainsi qu'avec d'autres chercheurs en médecine des pays en voie de développement. Cette collaboration s'est traduite par la présentation d'une exposition de photos particulièrement saisissantes et par l'organisation d'une rencontre de chercheurs venus du monde entier, en partie financée par la Fondation Bill & Melinda Gates, dans le but d'étudier la mise en place dans le secteur pharmaceutique d'un nouveau modèle collaboratif pouvant répondre aux grandes crises sanitaires des pays pauvres.

L'art, comme la science, sont donc vus au travers des processus mis en œuvre. Le résultat, que ce soit une installation d'art contemporain ou un objet de design industriel, n'est  évidemment pas mineur, mais il perd un peu de son sens si l'on fait abstraction du processus expérimental dont il est issu.
C'est ce processus expérimental que j'explore dans les romans signés Séguier, publiés avec l'Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris, qui comprennent Niche (2007) et Whiff (2009).